Au concert de soutiens aux manifestations pacifiques appelées ce lundi 31 juillet par la Lucha et d’autres mouvements citoyens de la société civile, joseph Bangakya apporte un bémol. Le leader de la plateforme du Centre apporte son soutien à cette initiative, mais avec réserve. Une position exprimée ce dimanche sur sa page Facebook.

« Je soutiens cette manifestation parce qu’elle est déclarée pacifique et c’est un droit constitutionnel », écrit l’ancien gouverneur de la Province Orientale qui ajoute qu’en faisant pression sur le Gouvernement et la CENI, cette manifestation contribuera à la mobilisation générale pour les élections le plus tôt possible.

Joseph Bangakya qui a modéré son discours dans son approche à la crise ces derniers mois trouve toutefois des éléments nécessitant d’être évalués dans le processus piloté par la Ceni. Pour cette raison, il ne préfère pas battre le pavé aux côtés de la Lucha ce lundi.

« Je n’y participerai pas parce que l’Accord de la Saint-Sylvestre, quelles que soient les faiblesses de sa mise en œuvre est clair sur le processus électoral. [Par ailleurs] après le drame des Kasaï et 35 millions d’électeurs enrôlés, l’heure est à l’évaluation sans complaisance du processus électoral suivi de la publication du calendrier électoral », s’est-il justifié.

Le président des Nouveaux républicains pour la Justice souhaite malgré tout que ce lundi 31 juillet fasse avancer le pays. « Manifestation ou pas, nous devons parachever le processus électoral le plus tôt possible, dans les meilleures conditions possibles et revenir à l’ordre constitutionnel », a-t-il conclu.