Le chef de l’État Joseph Kabila séjourne à Kisangani dans la province de la Tshopo qu’il a rallié mardi à l’issue du 29e sommet de l’Union africaine. Sur place, Joseph Kabila a reçu les notables de la province. Notamment Mgr Marcel Utembi, l’archevêque de Kisangani et sur tout, président de la Conférence épiscopale nationale du Congo.

« Nous avons traité des questions qui ne peuvent pas être révéler maintenant […] Vous savez que la Cenco a dû conduire la médiation des négociations directes pendant 3 mois. C’est tout à fait normal qu’il ait de suivi par rapport à la mise en œuvre de ce document important qui se présente comme le patrimoine du peuple congolais », a expliqué le prélat à l’issue de l’audience.

Sur la question de savoir si les deux personnalités ont évoqué l’organisation des élections, Mgr Utembi a répondu en ces termes :

« Nous avons parlé des élections. Les élevions auront lieu. Ce n’est un secret pour personne. Tout le monde parle élections, mais je crois que le président de la république à son niveau aussi n’a cessé de dire qu’il y aura les élections », a rassuré le chef de la Cenco en invitant les Congolais à suivre son exemple en s’enrôlant sur les listes électorales.

Ce ton du président de la Cenco tranche avec la mobilisation de l’église catholique qui veut sensibiliser la population pour des manifestations pacifiques visant à réclamer les élections à la fin de l’année.

Le 26 juin dernier, dans un climat tendu entre le chef de l’État et l’église catholique, l’absence de l’archevêque de Lubumbashi à une réunion dirigée par le président de la république avait suscité des réactions. L’apaisement viendra-t-il de Kisangani ?