La réaction de Vital Kamerhe n’a pas tardé. Désigné l’un des 3 vice-présidents du Conseil national du suivi de l’accord (CNSA) pour seconder Joseph Olenghankoy choisi président, l’ancien président de l’assemblée nationale et son parti, l’UNC, ont publié un communiqué tard dans la nuit, dans lequel il affirme ne pas « être concerné » par ces désignations. Suivi d’un tweet ravageur du chef de file de l’UNC, en pleine nuit.

« Il vous souviendra qu’en réponse à l’invitation lui lancée pour prendre part à une première réunion du CNSA, le président national de l’UNC, en sa qualité de chef de délégation de l’opposition politique au dialogue de la cité africaine, […] avait décliné cette dernière pour violation de l’accord de la Saint Sylvestre, qui veut que le Bureau du CNSA soit mise en place par consensus ayant pris part au dialogue de la Cenco et non par les délégués des composantes au CNSA », a rappelé le parti dénonçant, donc, une nième violation de l’accord.

Dès lors, poursuit le communiqué, l’UNC ne se sent pas concernée par la décision prise samedi sous la co-présidence de deux présidents de deux chambres du Parlement.

« L’UNC et ses membres restent mobilisés afin de faire respecter l’accord de la Cenco, particulièrement des élections présidentielle, législatives et provinciales avant le31 décembre 2017 », conclu le communiqué.