Les réactions ne tardent pas. Vingt-quatre heures après la nomination des mandataires publics à la tête des entreprises de l’État, celle de Sindika Dokolo tombe, qualifiant André Alain Atundu Liongo nommé président du conseil d’administration de la Société Nationale de l’Électricité (SNEL), d’inexpérimenté pour relever cette entreprise en « faillite », selon lui.

Sindika Dokolo s’étonne de voir le porte-parole de la Majorité présidentielle qui n’a pas « d’expérience de gestion », de gérer une entreprise « stratégique » comme  la SNEL.

« C’est une blague »?, s’interroge-t-il. Avant de poursuivre, « zéro expérience de gestion pour relever une entreprise stratégique en faillite ». Bien que de plus en plus bavard sur la situation politique en RDC ce dernier temps, le gendre du président angolais, est avant tout un manager connaissant le monde d’entreprise et s’inquiète du manque de la prise en compte des compétences lorsqu’il s’agit de responsabiliser quelqu’un en RDC, en se questionnant si avec cette allure, il ne verra pas « demain un chanteur (devenir) chef d’État major  » ?

Le président de la République, Joseph Kabila, a nommé hier jeudi 13 juillet les mandataires publics des 10 entreprises et établissements publics, notamment : SCPT ex ONATRA, SOKIMO ex OKIMO, Conseil supérieur du portefeuille (CSP), Agence nationale de promotion des investissements (ANAPI), SONAHYDRO ex COHYDRO, CVM, REGIDESO, SNEL, MIBA, OGEFREM