Il parle peu ou pas du tout à la presse. Le directeur général de l’Agence nationale des renseignements Kalev Mutond s’est néanmoins confié au journal français Le Monde, qui publie ce vendredi un long portrait du « Maitre espion » de Kinshasa.

Interrogé sur les sanctions qui l’ont visé en mai dernier sur une liste de 9 personnalités proches du chef de l’État, le patron de l’ANR n’en a rien à cirer. « Je me fous de sanctions », a-t-il lancé à nos confrères avant d’ajouter « je n’ai pas une aiguille aux États-Unis et aucun projet de voyage en Amérique du Nord ou en Europe », banalise celui qui affirme tout de même avoir des bonnes relations avec les services se sécurité francais.

Accusé de jouer un « rôle dans l’empêchement du processus démocratique », « la surveillance, l’arrestation et la torture d’opposants » et d’éventuelles « exportations illégales de minerais », Kalev Mutond avait déjà vu ses comptes être gelés aux États-Unis le 12 décembre 2016. Des sanctions qui ne lui font pas peur visiblement.