La correspondante de RFI en RDC pourrait ne plus couvrir l’actualité à Kinshasa ou ailleurs à l’intérieur du pays. Et pour cause, l’accréditation de Sonia Rolley a expiré. Dans un communiqué diffusé ce jeudi, la direction de Rfi proteste.

« La demande de renouvellement avait été faite cinq semaines avant l’expiration, début mai, de l’autorisation. Le 1er Juin, après les engagements oraux du ministre congolais des médias, la Direction de RFI a réitéré cette demande par un courrier qui reste à ce jour sans réponse », écrit la radio française.

Depuis la coupure du signal de RFI en RDC en novembre 2016, la journaliste française s’était rabattu sur le réseau social Twitter à partir duquel elle partage des informations avec ses 177000 followers. L’absence du signal de RFI ne l’avait pas non plus empêché de faire des reportages de terrain. Elle qui venait de réaliser un riche web documentaire sur les violences au Kasaï largement commenté dans le pays. Un reportage sensible qui pourrait influencer une décision défavorable à la reporter.

Bien qu’aucune mesure n’ait été prise côté congolais, pour Rfi, en tout cas, le silence des autorités peut être interprété comme un « refus ». La Direction de la Radio appelle les autorités congolaises à remédier « sans tarder » à cette situation afin que la liberté d’informer et de s’informer soit préservée.

Dans l’opposition, le député Martin Fayulu dénonce l’« enracinement », selon lui, de la dictature.