Dans leur motion adressée au ministre de l’intérieur, les signataires tiennent Emmanuel Ramazani Shadari pour responsable des « graves incidents qui se produisent au Kasaï et ceux qui sont récemment survenus dans la ville de Kinshasa », notent les députés de l’opposition qui dénoncent la « faillite » des services de sécurité.

Les députés énumèrent pèle mêle, l’exécution du chef Kamwina Nsapu en Août 2016, qui a déclenché le conflit au Kasaï, la découverte des charniers dans la région, le double meurtre de deux agents de l’Onu Michal Sharp et Zaida Catalan, le déplacement massif des populations ou encore la double répression et séquestration à Kinshasa ayant visé les résidences du député Ne Mwanda Nsemi en mettant en danger, selon eux, la vie des habitants.

Cette motion portée par le député Udps Fabien Mutomb intervient quasiment au même moment qu’une autre visant cette fois-ci le ministre de la Justice Alexis Thambwe Mwamba, un autre poids lourd du Gouvernement.

Difficile d’imaginer la chute de deux des hommes les plus influents du régime de Joseph Kabila.