Le docteur Denis Mukwege est à New York au siège des Nations unies où il tente d’obtenir plus de soutien de la communauté internationale dans son travail de prise en charge des femmes victimes de violences dans l’est de la RDC.

L’homme qui « répare » les femmes a déjà rencontré plusieurs dirigeants de haut niveau dont le ministre belge des Affaires étrangères. « Nous nous sommes entretenus avec le Dr Mukwege sur la sécurisation de l’Hôpital de Panzi et la situation politique et sociale en RDC », a simplement déclaré sur twitter Didier Reynders.

La visite du gynécologue aux Nations unies intervient plus de deux semaines après le renforcement des mesures de sécurité par la Monusco autour de lui. Le médecin avait multiplié les inquiétudes sur sa sécurité ces dernières jours dans un contexte des meurtres à répétition qui secouent les blouses blanches au Sud Kivu.

Pour le Dr Mukwege, la Monusco qui avait desserré son dispositif en raison de l’absence de menace, l’a finalement renforcé autour des activités du médecin fin Mai.

Célèbre pour son travail en faveur des victimes des violences dans l’Est du pays, Dr Mukwege a vu ses relations avec les autorités congolaises se détériorer ces derniers mois en raison de ses prises de position en faveur du respect de la Constitution.

Le dernier épisode de ce désamour, en date, était le 2 Juin dernier, lorsque l’ambassade de RDC en Belgique a refusé d’accorder un visa au réalisateur Thierry Michel, auteur du film « l’Homme qui répare les femmes ». Il devait se rendre au Kivu, justement, sur invitation de la Fondation PANZI…et de Denis Mukwege.