C’est officiel. Le chef de l’État a sa carte d’électeur. Le président de la République s’est « enrôlé » dans son bureau de vote habituel de l’Athénée de la Gombe ouvrant ainsi l’enregistrement sur les listes électorales pour la ville de Kinshasa.

Pas de commentaire de la part du chef de l’État, mais un geste fort, aux yeux de la Majorité présidentielle pour laquelle, le cap est sans aucun doute mis sur les élections.

« Si vous ne croyez pas à ma parole, croyez au moins à mes actes. Le train électoral est parti, soyons prêts », s’est félicité sur twitter le députe du Palu Patrick Muyaya. Tandis que, sobrement, le Secrétaire général du PPRD lançait simplement un « Joseph Kabila prend sa carte » sans plus de commentaire.

Mais pas suffisant pour convaincre l’opposition, à l’instar de la nouvelle vedette anti régime de Kabila, Sidika Dokolo qui a douté de la volonté de faire de bonnes élections « sans réelle démocratie ».

Plus virulent, le président de l’UDA, Claudel André Lubaya s’est, lui, fendu, d’une mise en garde sur sa page Facebook et écrit :

« S’enrôler est un droit. L’actuel président de la République, dont le deuxième et dernier mandat constitutionnel a expiré depuis le 19 décembre 2016 s’est enrôlé ce dimanche matin à Kinshasa, accomplissant de ce fait, un devoir civique. C’est son droit le plus légitime d’être électeur et de voter ou de ne pas voter demain. Cependant, pour avoir entièrement consommé, totalement épuisé et largement dépassé 2 mandats à la tête du pays, il n’a plus le droit, aucun droit, de se représenter. La Constitution et les lois de la République, y compris l’Accord de la Saint Sylvestre lui dénient tout droit d’être candidat », a prévenu le député de Kananga.

Selon l’accord du 31 décembre 2016 sur la base duquel s’est formé le Gouvernement de transition, les élections présidentielles et législatives doivent se tenir en décembre 2017. La Commission électoral qui n’a pas toujours publié le calendrier électoral devra dire dans les prochains jours si cette échéance sera respectée.