Alors qu’une équipe d’experts onusiens chargés de mener une enquête administrative sur le double assassinat des agents des Nations unies Zaida Catalan et Michael Sharp est annoncée à Kinshasa dans les prochains jours, le ministre des Affaires étrangères prévient qu’il ne sera pas question d’une autre enquête internationale telle que l’envisage le Conseil de sécurité.

Interrogé ce matin par Rfi, Léonard She Okitundu dénonce, selon lui, l’instrumentalisation du Conseil de sécurité par certains membres.

« Nous sommes surpris par l’instrumentalisation du Conseil de sécurité par certains membres qui veulent à tout prix décrédibiliser les autorités de la RDC. L’enquête suit son cours. Il y a des éléments qui ont été réunis, par conséquent il faut respecter l’expertise congolaise en la matière », a tonné le chef de la diplomatie congolaise.

Pour Léonard She Okitundu, s’il y a des gens qui ont des éléments à charge, ils n’ont qu’à les verser dans la justice congolaise afin qu’on établisse la vérité. « Il n’est nulle question de substituer la justice internationale à la justice congolaise », a poursuivi le ministre tout en dénonçant une «opération de déstabilisation ».

Cette polémique éclate 5 jours après les révélations des enregistrements sonores mettant en cause le député Clément Kanku, lequel fait désormais l’objet d’une enquête du Procureur général de la République sur une possible participation aux « assassinats » et à un « mouvement insurrectionnel ».

Mais Il semble bien qu’entre l’Onu et le gouvernement congolais c’est la guerre des nerfs qui s’engage autour de cette affaire.