Des têtes vont tomber. C’est la promesse faite vendredi par le ministre de la justice. 48 heures après l’évasion massive des prisonniers au Centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa, Alexis Thambwe Mwamba était appelé à s’expliquer devant l’Assemblée nationale. Il annonce des sanctions à tous les niveaux de responsabilité.

« On ne va pas frapper de menus fretins, mais au haut niveau des responsabilités », a-t-il averti. Après l’étonnante attaque d’une prison censée être la mieux protégée du pays, le gouvernement veut sévir sévèrement.

Même si les critiques étaient encore nombreuses dans l’hémicycle au cours de cette séance. « Pourquoi avez-vous traité les gens d’idiots gratuitement ? », lui, a, par exemple, lancé, le chef du groupe UNC à la chambre basse du Parlement, Baudouin Mayo. La veille, le ministre de la Justice avait suggéré que tous ceux qui qualifiaient l’évasion de Makala, de mascarade, étaient des « idiots », s’attirant les foudres de l’opposition et les moqueries des réseaux sociaux.

Concernant le bilan de l’attaque, toujours réservé, en attendant les résultats de l’enquête, Thambwe Mwamba évoque 11 morts: 3 gardiens de la prison, 3 détenus et 5 assaillants qui appartiendraient à la secte Bundu dia Kongo, selon le ministre.

D’après des sources proches de l’enquête, plus de 4600 détenus auraient disparu dans la nature. Le ministre a renouvelé l’appel du gouvernement aux Kinois à collaborer pour aider à les retrouver.