Le flux des réfugiés fuyant la violence en République Démocratique du Congo ne laisse plus indifférente l’Angola. Le puissant voisin de la RDC le fait savoir. Selon l’agence espagnole Prensa Latina basée à Cuba, l’Angola a appelé vendredi toutes les parties congolaises à cesser toute violence, les actes d’extrémisme et l’intolérance politique qui ont amené des milliers de citoyens à fuir le pays.

Dans une note dont s’est procurée cette agence, le gouvernement angolais invite les uns et les autres à un « dialogue sérieux et constructif, [unique] chemin qui mènera au retour de la paix et de la stabilité ».

Un appel également adressé à la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, la Communauté de développement de l’Afrique australe, la Communauté de développement de l’Afrique centrale, l’Union africaine et les Nations Unies, rapporte Prensa Latina.

Depuis le début de la crise, l’Angola, alliée historique du pouvoir de Kinshasa, s’est illustrée par une position étonnement neutre. Allant jusqu’à retirer, fin 2016, ses troupes basées en RDC pour la formation des forces de sécurité congolaises.

La crise dans le Kasaï, qui a des conséquences directes sur l’Angola, renforce encore un peu plus l’agacement du gouvernement angolais. Selon le HCR plus de 20000 réfugiés Congolais dont 6000 enfants ont traversé la frontière ces derniers mois asphyxiant particulièrement la province angolaise de Lunda Norte.


Des réfugiés Congolais en Angola (OCHA)

Cet appel à la résolution de la crise peut être interprété comme un signe d’impatience de la part des autorités angolaises.