Le chef de l’État a entamé lundi les consultations avec différentes parties prenantes aux dialogues pour tenter de résoudre la crise. Joseph Kabila a reçu tour à tour au Palais de la Nation, les membres de la société civile, l’opposition dite républicaine conduite par le président du sénat Léon Kengo Wa Dondo et l’opposition signataire de l’accord du 18 octobre 2016 chapeautée par l’ancien président de l’assemblée nationale Vital Kamerhe.

« C’est le président de la république qui pose des questions à ses invités », a simplement déclaré le président du sénat tout en saluant l’initiative du chef de l’Etat.

De son côté, le chef de fil de l’UNC a exprimé la nécessité de mettre en œuvre le compromis politique pour faire avancer le pays. Vital Kamerhe a réaffirmé sa position sur les questions qui bloquent : la nomination d’un Premier ministre venant du Rassemblement et le consensus quant au choix du président du CNSA.

Il s’agit de la deuxième série des consultations après celles ayant conduit à l’ouverture du dialogue de la Cité de l’Union Africaine en Septembre 2016. Cette fois, il est question de trouver un moyen de mettre en œuvre l’accord du 31 décembre conclu entre la Majorité et le Rassemblement sous l’égide de l’église catholique, mais dans l’impasse faute de consensus sur les questions essentielles.

Ces consultations interviennent dans un contexte tendu. Alors que l’opposition réunie au sein du Rassemblement avait appelé à une journée ville morte ce lundi pour exiger justement l’application stricte dudit accord.