Les derniers propos du chef de la Monusco passent mal. Très mal auprès du Rassemblement. Après sa rencontre samedi avec le Premier ministre, Maman Sidikou a affirmé que la Monusco avait pris acte de la nomination de Bruno Tshibala. Une nomination que le représentant du secrétaire général de l’Onu a même jugé conforme à l’Accord du 31 décembre 2016.

Dans un communiqué diffusé tard samedi soir, le Rassemblement ne décolère pas. « Cette position personnelle de Monsieur Maman Sidikou est contraire, non seulement à la résolution 2348 du Conseil de sécurité des Nations unies, mais aussi à la déclaration de l’Union Africaine exprimée par son président en exercice, à celles du président de la commission africaine et de l’Union européenne », a accusé la plateforme dirigée par Félix Tshisekedi.

Les déclarations de M. Maman Sidikou viennent jeter de l’huile au feu alors que le Rassemblement désapprouve la nomination de Bruno Tshibala qui ne fait plus partie de ses rangs depuis son entrée en dissidence et son exclusion de l’Udps.

L’image de la Monusco écornée ?

La position du chef de la Monusco est d’autant plus troublante que c’est son institution qui est chargée par la résolution du conseil de sécurité d’accompagner la mise en œuvre de l’accord de la Saint Sylvestre.

Dans ces conditions, son souhait de rencontrer les parties congolaises risque de tourner court. « S’il veut me rencontrer pour entrer dans le prochain gouvernement, il ne peut pas compter sur moi », a prévenu le secrétaire général de l’Udps Jean Marc Kabund.

Mais, le problème de (manque) confiance dans le chef de la Monusco dépasse les seules revendications du Rassemblement. Fin mars, à la veille du vote de la résolution 2348, l’ambassadrice des États-Unis à l’Onu Nikki Haley s’en était déjà inquiétée allant jusqu’à accuser la Mission de l’Onu en RDC « d’aider un gouvernement corrompu et en proie contre ses citoyens ».

Il n’est pas sûr que sa dernière sortie qui « énerve » et « contrarie » le peuple congolais, selon le communiqué du Rassemblement, arrange cette image profondément écornée.