Le chef de l’État a annoncé mercredi qu’il nommera impérativement un nouveau premier ministre dans les 48 heures. Joseph Kabila s’exprimait devant le parlement réuni en Congrès après les consultations du Palais de la Nation dans le cadre des tractations pour la mise en œuvre de l’accord du 31 décembre 2016.

Alors qu’il revient au Rassemblement de proposer le nom de celui qui doit diriger le futur gouvernement, le président de la république a, à l’instar de sa majorité insisté sur la liste de 3 noms au lieu d’un seul. « J’appelle le Rassemblement à surmonter ses luttes intestines et à présenter la liste de 3 noms », a lancé le chef de l’Etat tout en fustigeant un groupe de gens qui prend en otage le pays.

Concernant le président du CNSA, Joseph Kabila confirme qu’il s’agira bien d’une personnalité consensuelle. Mais il faut pour cela que l’assemblée nationale vote une organique portant installation de cette institution.

« Les élections auront bel et bien lieu »

Avant de faire ces annonces Joseph Kabila a rappelé que l’objectif poursuivi en organisant le dialogue était l’organisation des élections. « Les élections auront bel et bien lieu », a rassuré le chef de l’Etat appelant ceux qui doute encore que ce cap sera tenu conformément au calendrier qui sera fixé par la CENI.
À ce sujet, plus de 21 millions d’électeurs ont déjà été enregistrés par la Ceni, s’est réjoui le chef de l’État. Cela, avec les moyens propres, a-t-il précisé.
Par ailleurs, le chef de l’Etat, s’est insurgé contre les ingérences étrangères qu’il ne toléra pas dans son pays, brandissant le principe de la politique interne de l’Etat et de la souveraineté nationale.