Moïse Katumbi a réagi depuis Marrakech à la nomination de Bruno Tshibala au poste de Premier ministre pour dénoncer ce qu’il considère comme le « cynisme » du président Kabila. Preuve que la crise qui frappe le pays a pris une dimension inquiétante, l’ex gouverneur du Katanga ne se contente plus cette fois-ci d’une simple déclaration écrite.

Dans une vidéo postée sur son compte twitter, en Lingala, swahili et en francais, Moïse Katumbi ne retient pas ses coups. Il appelle à briser la peur pour « mettre fin au pouvoir dictatorial qui s’installe dans notre pays ».

Depuis la rupture entre les deux hommes, Moïse Katumbi n’était jamais allé aussi loin dans le choix des mots. « Cynisme », « résistez », « dictature ». On bascule définitivement dans la confrontation qui s’annonce sanglante.

À la veille de la marche décrétée contre pour exiger l’application de l’accord de la Saint Sylvestre, Moïse Katumbi emploi le pronom personnel « Je » et prend les commandes de la résistance dit-il depuis l’etranger. Il invite les Congolais à y participer massivement. « Il en va de notre avenir, de celui de nos enfants et des générations futures », a-t-il écrit avant de conclure, « ils sont une poignée, nous sommes 80 millions ».