Pour le Font pour le respect de la Constitution, l’arrangement particulier ne peut être discuté et signé que par les 32 signataires de l’accord. « À ma connaissance, tous sont en vie », explique la coordonnatrice de la plateforme, ÈVE Bazaïba.

Alors que plusieurs parties sont réunies au Palais du peuple, Ève Bazaïba annonce que le FRONT n’est pas concerné par une démarche opaque, « l’accord étant déjà signé de manière globale et inclusive », souligne-t-elle.

Sur le fond, le regroupement dirigé par la Secrétaire général du MLC note les mesures qu’il convient de prendre et qui ne sont pas assujetties par la signature de l’arrangement particulier, à savoir, la libération des prisonniers politiques, la fin des dédoublements des partis politiques, le remplacement des délégués du FRONT à la Ceni et au CSAC.

Le Mouvement dénonce une manœuvre « machiavélique » de la Majorité tendant à mettre le FRC dans sa gibecière, après avoir réussi à « déstabiliser » le Rassemblement.

« Concentrons-nous sur le processus électoral, ne tombons pas dans la distraction de la MP », alerte Ève Bazaïba qui réclame toujours la restructuration de la Ceni.