Dans une déclaration musclée lu à la presse mercredi soir, 48 heures après le constat d’échec des pourparlers, le Rassemblement dresse un sévère réquisitoire contre le pouvoir et le chef de l’Etat, coupables d’être à la base du chaos dans lequel risque de se retrouver le pays. Alors qu’« qu’accessoirement et en vue d’assurer uniquement la continuité de l‘Etat, il avait renoncé à son exigence initiale, du départ du chef de l’Etat », a déploré la plateforme.

Mais la bonne foi du Rassemblement s’est butée à la mauvaise foi du chef de l’Etat « qui ne veut pas quitter le pouvoir et sabote toute initiative tendant à organiser les élections crédibles », constate l’opposition qui tire par conséquent « la conclusion que Joseph Kabila n’a pas ni renoncé à son projet de rester indéfiniment ni à celui d’organiser un referendum un referendum constitutionnel »

Résultat, le Rassemblement appelle la population à :

– demeurer en état d’alerte et de résistance
– contribuer à la réussite de la ville morte sur toute l’étendue du territoire national le lundi 3 Avril
– soutenir la grève générale décrétée par les syndicats le mercredi 5 Avril 2017
-participer massivement à la marche pacifique annoncée par l’Udps pour la date du 10 Avril et d’autres marches pacifiques pour revendiquer l’application de l’Accord de la Saint sylvestre du 10 au 24 Avril 2017.

Après l’échec des négociations, c’est le retour de la confrontation.