À l’ouverture des travaux sur l’arrangement particulier ce jeudi, les évêques de la Cenco ont tapé du poing sur la table. Ils veulent aller vite et boucler les discussions. « La Cenco mettra à contribution tout ce qui est à son pouvoir pour finir les travaux sur l’arrangement particulier afin de permettre la mise œuvre de l’accord politique », a déclaré le président de la Cenco, Mgr Marcel Utembi.

Sachant que le déroulement des travaux a souvent fait face aux blocages multiformes, les évêques préviennent de rester attentifs « afin de déceler toute manœuvre dilatoire, d’établir les responsabilités et de prendre le peuple Congolais à témoin », a menacé le chef de la Cenco.

Plus de deux mois depuis sa signature, l’accord de la Saint Sylvestre a fait face aux multiples stratagèmes des délégués de la Majorité qui ont tantôt affirmé avoir signé le compromis sous réserve, tantôt, exigé une liste des candidats pour le poste de Premier ministre en lieu et place d’une seule candidature proposée par le Rassemblement comme le prévoit l’accord.

Mais le blocage est aussi venu des opposants, notamment de la contestation de l’hégémonie de l’Udps par le MLC qui convoite le poste du CNSA ou encore du Rassemblement qui s’est déchiré en deux camps pour le contrôle du Conseil des sages et la succession d’Étienne Tshisekedi.

Les princes de l’église invitent tous désormais d’aller vite, de ne pas oublier que la priorité c’est l’organisation des élections dans les délais.