Le spectre de la violence que certains compatriotes cherchent à nous imposer nous interpelle, écrit le MLC-Libéral dans un communiqué rappellent les foyers de tension partout dans le pays, la violence au Kasaï, les appels à manifester et à la grève.

Allié du pouvoir, le parti de Thomas Luhaka assure ne pas vouloir garder silence, ce qui serait, selon le communiqué, synonyme d’approbation d’un schéma qu’il qualifie d’apocalyptique.

Pour le MLC-Liberal, l’heure est choix entre un processus électoral crédible, apaisé et inclusif et le chaos promis, pointe la formation de Thomas Luhaka qui appelle à résoudre les différents à travers le dialogue et les jeunes à rester calme.