Réagissant à la deuxième condamnation de son président, Jean-Pierre Bemba, la Secrétaire générale du Mouvement pour la Libération du Congo, Ève Bazaïba a dénoncé mercredi ce qu’elle qualifie de vice de procédure dans l’affaire de subornation de témoins qui a conduit, selon elle, à un procès inéquitable.

« Il y a des lourdes erreurs judiciaires et d’incohérences totales », a protesté la députée qui reproche aux juges d’avoir eux-mêmes reconnu dans le paragraphe 818 du jugement de la deuxième l’inexistence des preuves directe pouvant accabler l’ancien vice-président de la République. Ce qui ne les a pas empêchés de procéder à la confirmation des peines et la condamnation, déplore Mme. Bazaïba.

Ève Bazaïba révèle para ailleurs que la défense a été mise sous écoute depuis le début de l’affaire. Un précédé qualifié de grave en matière d’équité de la justice.

Pour elle donc, Jean Pierre Bemba est utilisé comme cobaye en vue des essaies sur les erreurs de la Cour Pénale Internationale dans l’objectif de rechercher une jurisprudence en la matière.

Condamné à un an de prison dans cette affaire de subornation des témoins, Jean Pierre Bemba a fait appel. Ève Bazaïba espère que ce jugement sera annulé.