« On a beaucoup évolué…on est à plus ou moins 90 pourcent % de chemin abattu pour chaque point ». À la sortie d’une nième longue journée des discussions au centre interdiocésain vendredi soir, l’ancien ministre de l’intérieur Adolphe Lumanu s’est montré optimiste.

« Au stade actuel, nous pourrons avoir la grande plénière demain [ce samedi] à partir de 18heures pour pouvoir finaliser toutes les questions qui sont restées ouvertes depuis qu’on avait suspendu les travaux en janvier », a insisté le délégué de la Majorité présidentielle écartant l’éventualité d’un nouveau blocage.

Pour autant, selon la Cenco, les divergences majeures persistent encore sur les questions essentielles. Dans son rapport de séance journalier, la Cenco constate en effet que s’agissant du mode de désignation du Premier ministre : « les délégués n’ont pas évolué dans leurs discussions en petit groupe ». Résultat, la médiation fera une proposition sur cette question ce samedi à la plénière.

L’autre question restée en suspens, concerne toujours la présidence du CNSA qui a fait l’objet d’un « débat passionné », selon la Cenco. Pour Vital Kamerhe, un consensus est voie d’être trouvé.

« Il s’agit de se mettre d’accord sur quelqu’un qui doit faire contrepoids à la CENI afin de faire avancer le processus électoral », a expliqué le président de l’UNC en insistant qu’aucune composante ne peut exclure une autre sur cette question.

Bref, tout devrait, s’ils s’accordent, se décider ce samedi, dernier jour fixé par la Cenco. Celle-ci maintient par ailleurs la date du 27 Mars pour la signature de l’arrangement particulier.

L’optimisme d’Adolphe Lumanu