Par CAS-INFO

À quelques heures du début de la conférence de donateurs consacrée à lever de fonds pour la crise humanitaire en RDC, les pays occidentaux continuent de tout faire pour convaincre Kinshasa de changer sa position. En vain.

Dernier appel en date, celui de la Belgique. Bruxelles a annoncé par la voix de son ministre de la coopération qu’elle sera présente Genève ce vendredi 13 avril 2018.

« La présence du gouvernement [congolais] montrerait au peuple congolais, aux États voisins et à la communauté internationale que les leaders congolais reconnaissent les besoins humanitaires du pays », a déclaré Alexander De Croo dans des propos rapportés par La Libre Afrique. « Leur absence est bien entendu une décision déplorable », a pour sa part regretté Pieter-Jan Hamels, chargé de l’Afrique Centrale à l’Institut danois de droits de l’Homme.

Ces nièmes appels n’ont pas réussi à ébranler le gouvernement congolais convaincu que le pays ne connaissait pas de crise de l’ampleur décrite par la communauté internationale. Une fermeté qui a rallié quelques pays à la position de Kinshasa. Les Émirats arabes unis et même l’Union européenne ayant annoncé qu’ils ne se rendraient pas à Genève.