Par CAS-INFO

L’Udps, le parti du légendaire opposant Étienne Tshisekedi se déchire. Et rien ne semble prêt à arrêter les deux clans rivaux. À mesure que les enjeux importants approchent dans le pays. Ce jeudi, c’est le Congrès de la fille ainée de l’opposition congolaise qui a encore divisé les deux frères ennemis à la tête de ce face-à-face. Le premier ministre, Bruno Tshibala, d’un côté et le secrétaire général, Jean-Marc Kabund, de l’autre.

C’est le chef du gouvernement qui a lancé les hostilités le premier. Dans une salle du Centre féminin Antoinette Mobutu de Limete pleine comme un œuf, Bruno Tshibala a réuni ses partisans pour ouvrir le congrès extraordinaire du parti. « La disparition de notre leader, Etienne Tshisekedi, a laissé un vide immense à la tête de notre parti », a-t-il rappelé, expliquant que ce décès avait provoqué des querelles internes au sein de la première formation politique de l’Opposition.

Malgré ce constat, et malgré l’existence des ténors du parti dans le camp en face, qui conservent à ce jour l’essentiel de l’Udps à la 10e rue, Bruno Tshibala s’est posé en restaurateur de l’ordre. « Ce congrès vise à se choisir des nouveaux dirigeants afin de fonctionner sur des nouvelles règles et des valeurs morales et politiques de gauche », a-t-il souligné en faisant valoir un congrès d’ « unification » et de « revitalisation » du parti.

« Un non-événement »

Unifier le parti. Un objectif pour l’instant loin du compte car dans le même temps et à seulement quelques mètres de là, le Secrétaire général, Jean-Marc Kabund, mettait en place une commission dotée de la mission de… préparer le Congrès du parti. Objectif des prochaines assises, « l’élection du nouveau président », a-t-il déclaré.

Sans surprise, Jean-Marc Kabund n’a pas oublié, lors de cette annonce, de réserver quelques amabilités à ses frères ennemis. « Le parti tel que vous le connaissez ne sera jamais divisé. Il y a des vendeurs d’illusions [qui], toutes hontes bues, sont en train de s’aventurer et cela nous importe peu », a pilonné le dernier secrétaire général nommé par le Sphinx de Limete en faisant allusion sans le nommer au Premier ministre et ses fidèles.

Pour ceux qui en doutaient encore, la guerre ouverte depuis la défection de Bruno Tshibala en Avril 2017 et sa nomination au gouvernement, ne fait que continuer. Et elle promet même d’être sanglante. Se mettre en ordre de bataille comme le décrète Bruno Tshibala ou chercher un successeur à Étienne Tshisekedi comme le recommande Jean-Marc Kabund ? Telle est la question que doit résoudre l’Udps dans les prochaines semaines.