Par CAS-INFO

La France d’Emmanuel Macron ne veut pas trop s’immiscer dans les affaires de politique intérieure des pays africains. C’est du moins ce qu’on peut retenir de l’intervention du président français mercredi sur France 24.

Interrogé sur la crise de la démocratie sur le continent et notamment sur la situation en RDC, le nouveau locataire de l’Élysée a assuré avoir conduit plusieurs démarches pour demander au président congolais [Joseph Kabila] d’organiser les élections. Pas question pour autant de donner des injonctions depuis Paris, a-t-il prévenu. Préférant privilégier une approche plutôt africano-africaine.

« J’ai eu plusieurs contacts avec le président de l’UA actuel [Alpha Condé] et j’en aurai avec celui avenir [Paul Kagamé] pour que les discussions aient lieu dans le cadre de l’Union africaine qui est le bon cadre pour qu’en 2018 nous ayons des élections dans le cadre constitutionnel prévu », a déclaré le président français.

L’Union africaine, pour Macron, devrait donc être la « plateforme » qui permet de soutenir ce processus vers les élections tant attendues en RDC.

La France comme une grande partie de la communauté internationale avait déjà salué la publication du calendrier électoral par la CENI. Elle a, au même titre que les autres membres du Conseil de sécurité de l’ONU, appelé mardi, au respect de ce calendrier.