Par Roberto Tshahe
L’Archevêque de Mbandaka/Bikoro et Archevêque coadjuteur de Kinshasa Mgr Fridolin Ambongo, au cours d’un entretien avec les autorités militaires et administratives de l’Equateur, a dénoncé la répression violente des forces de sécurité contre les manifestants lors de la marche organisée par le CLC.
« Ma conscience de pasteur avec tous les clergés de Mbandaka/Bikoro m’a poussé d’aller échanger avec ceux que nous avons retenu comme responsables de cette situation, le gouverneur et le commandant général de la police. Réactions côté gouvernorat c’était pratiquement la désolation. Ils étaient désolés pour la perte en vies humaines », relate le prélat.
D’ajouter,« plus jamais que le sang des fils et filles du Congo doit couler lorsque le peuple revendique ce qui est constitutionnel, le droit de marcher ».
« C’est aussi à l’endroit de la police, du commandant général de la police, qu’il demande pardon aux fidèles catholiques de la province pour ce qui s’est passé hier… De conclure, je salue la Monusco qui était présente hier de manière exceptionnelle dans tous les endroits où nos fidèles ont marché ».