Par Tony-Antoine

Depuis quelques jours, les habitants de la province de Kwilu et de Kwango s’inquiètent de l’arrivée massive des éleveurs et leur cheptel de vaches venus de l’Est du pays. Une question que les ministères congolais compétents n’ont pas encore émis voix. Au cours de leur échange avec la presse ce lundi 19 février au centre interdiocésain de Kinshasa, « les évêques ont exprimé leur inquiétude et leur préoccupation » : « les témoignages  font état des éleveurs étranges, ils créent un climat d’insécurité. Les prêtres, les évêques qui sont aussi de ce coin là sont témoins de la façon dont c’est préoccupant ».

Abbé Nshole, dans ses réponses aux professionnels de médias, a rappelé une de recommandations faites par les évêques à l’endroit de dirigeants congolais qui doivent « rendre crédible et effective l’autorité de l’Etat, pour la sécurisation et l’intégrité du territoire national et pour protéger les frontières et assurer la sécurité de la population ».

Déplorant « le silence de l’autorité » sur cette question, les évêques se disent inquiets et «  appellent à qui de droit de prendre les dispositions pour rassurer et sécuriser les gens ». Une semaine plus tôt, l’ancien premier ministre Adolphe Muzito, « saisi par la population locale » de deux provinces concernées, Kwilu et Kwango, a écrit à l’actuel chef du gouvernement Bruno Tshibala quant à ce. La réaction du gouvernement est donc très attendue.