Par Tony-Antoine

« Les éventuels fonds et autres avoirs possédés par ces personnes en Suisse sont gelés. En outre, elles ont l’interdiction d’entrer ou de voyager en Suisse ». Indique un communiqué de l’administration fédérale Suisse.

Des sanctions entrées en vigueur depuis mercredi 21 février à 18h. Des personnalités visées sont les « actuels et anciens ministres et gouverneurs provinciaux ainsi que des membres haut placés de la Garde républicaine, de l’armée congolaise, de la police et des services de renseignement ».

La Fédération Suisse les accuse d’entrave à la « conduite des élections en RDC par des actes de violence, de répression, d’incitation à la violence et de violation de l’État de droit ».

Le général des Forces armées congolaises Erick Ruhorimbere, l’ex vice-premier ministre en charges de l’intérieur Emmanuel Shadary et l’actuel administrateur de l’Agence nationale de renseignements Kalev Mutond ; se trouvent notamment sur la liste.

Il y a quelques mois, le Conseil de sécurité de l’ONU et l’Union européenne ont sanctionné quelques personnalités congolaises pour de « motifs » similaires.