Par KKM 

« Le calendrier présenté par la Ceni viole à la fois la constitution de la république, l’accord du 31 décembre 2016 et la loi électorale », a déclaré le parti de Vital Kamerhe mardi dans un communiqué, qui le qualifie de non consensuel et l’accuse de revêtir d’un caractère « frauduleux et mensonger ».

En définitive, note le communiqué, le calendrier est destiné à la consommation extérieure et à la manipulation de l’opinion nationale face au départ impératif du président Joseph Kabila le 31 décembre 2017. « C’est pourquoi, l’UNC et Alliés appellent tous les congolais à la vigilance et à la mobilisation en vue de libérer le processus électoral d’ici le 31 décembre 2017, sur base de l’article 64 de la constitution ». 

« Quoiqu’il en soit, pour l’UNC et Alliés, il demeure donc possible d’organiser les élections au plus tard le 30 juin 2018 », conclut le communiqué.