Par CAS-INFO

L’offensive des autorités congolaises à l’égard de la force onusienne dans le pays se poursuit. Devant le Conseil de paix et sécurité de l’Union africaine ce mercredi 14 mars 2018, le ministre des Affaires étrangers a sollicité l’appui de l’organisation panafricaine dans le cadre de la redéfinition du mandat de la Monusco.

« Le mandant confiée à la Monusco ne peut réussir sans l’éradication des groupes armés dont les activités constituent la principale menace contre les populations civiles », a expliqué Leonard She Okitundu.

« Il s’ensuit que le concept de protection des populations civiles qui constitue la substance de la mission de l’Onu doit intégrer l’impératif de l’éradication des groupes armés », a-t-il poursuivi en appelant « dès lors » le Conseil de paix et sécurité d’« appuyer la position de la RDC dans la prise en compte de cet impératif ».

Depuis plusieurs mois les autorités congolaises ont multiplié la pression sur la force de maintien de la paix. En Septembre 2017, le chef de l’État Joseph Kabila, a même laissé entendre devant l’ONU que la Monusco n’était pas appelée à demeurer éternellement en RDC.