Par CAS-INFO

Il est l’archi favori de l’élection de la présidence de l’Udps, qui se tient ce weekend, en marge du Congrès extraordinaire du parti. Avant d’affronter ses 3 concurrents, Félix Tshisekedi les a défiés ce jeudi lors d’un débat contradictoire. L’occasion pour le fils d’Étienne Tshisekedi de faire valoir ses qualités.

Pas question d’arborer le statut de l’héritier. Loin de là. « Mettons de côté l’argument biologique », a plaidé le Secrétaire général adjoint de l’Udps, qui a fait valoir à la fois ses compétences et son combat. « J’ai donné mon sang pour ce parti, j’en ai souffert », a-t-il lancé. Rappelant la lutte menée aux côtés du « Leader », comme il continue à appeler son père décédé l’an dernier.

« Ça fait presque 8 ans que je suis dans la diplomatie pour le parti. On m’a ouvert les portes des palais présidentiels et j’ai passé le message du parti, y compris aux partenaires diplomatiques et économiques », s’est-il félicité au moment de défendre sa candidature.

Conscient de la portée, électorale, de ses futures fonctions, à quelques mois des élections, Félix Tshisekedi s’est posé en homme de la situation, à la fois pour le parti et pour le pays. « Si vous m’élisez, je ferai de la joie des Congolais une réalité », a-t-il promis.

Comme le reste des candidats, Félix Tshisekedi entend en effet rétablir un État de droits en RDC. Un État, dit-il, « qui garantit à ses citoyens leurs droits et leurs libertés, une justice juste. Un État qui redistribue les richesses à tous ses enfants. ».