Par CAS-INFO

La ville de Kinshasa a vécu un avant midi sous haute tension. Comme le 31 décembre dernier le comité laïc de coordination avait appelé à une marche contre le Pouvoir dans tout le pays pour exiger la mise en œuvre de l’accord de la Saint Sylvestre. Sans surprise la manifestation a été violemment réprimée.

Jusque-là, pas de bilan officiel, mais celui-ci promet d’être lourd. À Kinshasa, la Monusco évoque un mort et plusieurs blessés.

Selon les informations de CAS-INFO, à Lemba Righini, non loin du Rond-Point Ngaba, la Police a tiré à balles réelles. « Moi-même j’ai vu 4 personnes tomber et la police a ramassé les corps », témoigne en exclusivité un journaliste travaillant pour une chaine de télévision locale et qui a filmé la scène avec son téléphone portable. Ce dernier est tout de suite interpellé avant d’être relâché. Son cellulaire a été confisqué.

Dans ce secteur de la capitale, c’est le commandant légion de la Police d’intervention rapide, le général Elvis Palanga, en personne, qui a dirigé les opérations. Les témoins l’ont entendu crier au son de « Bo beta, bo beta ! », « tirez, tirez ! », en lingala – sur ses hommes – pour les pousser à plus de répression.

Dans le reste de la ville, des manifestants ont été contenus dans leurs temples et empêchés de sortir.

Les informations recueillies sur le reste du territoire national font état de forte répression notamment dans l’Est du pays. Depuis minuit samedi soir internet et les sms sont coupés dans toute la République Démocratique du Congo.