Par CAS-INFO

Une carte postale et un message via son porte-parole. De son exil européen, Moïse Katumbi a célébré avec enthousiasme la victoire de son club de foot, le redoutable TP Mazembe, vainqueur de la Coupe de la confédération samedi à Pretoria, aux dépends du club sud africain de Supersport United (0-0). Au match aller les corbeaux l’avaient emporté (2-1).

« Moïse Katumbi remercie la population qui a apporté son soutien au TP Mazembe, qui vient de remporter une magnifique victoire », a twitté le portevoix de l’ex gouverneur du Katanga, Olivier Kamitatu, au coup de sifflet final, en appelant aussitôt les Congolais à « se mettre en route vers d’autres victoires ». S’en est suivi ensuite un concert de félicitations. Du président du Rassemblement Félix Tshisekedi pour saluer « la seule occasion qui nous reste d’exprimer notre fierté d’être Congolais » ou encore du leader de l’UNC, Vital Kamerhe, qui s’est lui fendu d’un « félicitations Moïse ».

Car la politique n’est jamais loin. Et ce n’est pas Salomon Idi, très proche et ami d’exil du candidat déclaré du G7 à la présidentielle, présent au stade de Pretoria qui dira le contraire. « Nous avons la coupe. Avec le travail et la persévérance, la victoire est toujours possible », s’est exclamé sur les réseaux sociaux, l’homme qui murmure aux oreilles de Moïse Katumbi. Travail et persévérance. Deux concepts qui ne sont pas lancés au hasard. Ils résument à eux deux  la situation dans laquelle se trouve le patron des « Corbeaux ».

En quelques signes, le très proche conseiller du principal opposant à Joseph Kabila a, le temps d’une victoire sportive, rappelé ce que représente son champion ainsi que le défi que ce dernier est appelé à relever face au Pouvoir en place à Kinshasa. Le travail. Car, à travers le TP Mazembe, qui trône sur le football africain, les soutiens de l’ancien gouverneur du Katanga veulent y voir la preuve d’une bonne gestion des affaires, qui mène à des meilleurs résultats. Un véritable laboratoire que le prétendant à la magistrature suprême n’hésitera pas à brandir dans le cadre d’une campagne présidentielle.

Alors que la situation politique reste incertaine en RDC, la « persévérance » grâce à laquelle la victoire est « toujours possible » évoquée par Salomon Idi, dans un pur message subliminal, rappelle aussi le combat quotidien de Moïse Katumbi contre le régime de Joseph Kabila qui le tient éloigné depuis plus an et cinq mois de la pelouse… politique.