Par CAS-INFO

Moïse Katumbi et Félix Tshisekedi étaient-ils déjà sur le point de rompre ? Les dernières 48 heures ont été en tout cas enflammées par les bruits d’une prétendue brouille au sein du Rassemblement. Certains médias faisant même état d’une possible création par l’ancien gouverneur du Katanga d’une nouvelle plateforme politique. Les deux opposants congolais les plus en vue ont fermement démenti.

Dans un communiqué du Rassemblement co-signé par les deux hommes, ces derniers qualifient ces informations de rumeurs « non fondées » et de « fallacieuses ».

« Nous invitons notre peuple à ne prêter aucune oreille attentative et surtout à rejeter cette campagne de calomnie et de médisance attisée par quelques officines d’un pouvoir décadent et qui n’a pour finalité que de diviser le leadership de l’opposition et ainsi planter un décor de discorde entre ces deux personnalités politiques. », écrivent-ils en assurant qu’une éventuelle division n’avait aucun fondement étant donné que les « causes que nous défendons transcendent nos propres personnes ».

Dans un contexte d’un après 31 décembre marqué par la répression de la marche des chrétiens catholiques, les deux leaders de l’opposition n’ont pas loupé l’occasion de cibler le régime de Joseph, « une dictature décadente et illégitime », dépeignent-ils en assurant ne pouvoir laisser aucune place pour la discorde.

Conscients de la stratégie de division et de débauchage à laquelle ils affirment faire face, « Félix Tshisekedi et Moïse Katumbi poursuivent sans relâche le même combat, celui de l’instauration d’un État de droit en RDC », conclut le communiqué.