Par CAS-INFO

Le candidat d’Ensemble n’a pas attendu longtemps pour le savourer sur les réseaux sociaux. Dans une courte vidéo, de 8 secondes, on voit Moïse Katumbi serrant la main et échangeant quelques mots avec l’ancienne présidente du Libéria Ellen Johnson, tout juste désignée Prix 2018 de la fondation Mo Ibrahim, à Kigali.

« J’ai dit, courage et poursuis tes rêves », glisse la prix Nobel de la paix, à l’opposant congolais, qui lui a répondu quelques instants plus tard sur son compte twitter.

« Merci Mme la Président et félicitations pour le prix Mo Ibrahim Fundation. Comme vous le dites, il faut du courage pour accomplir ses rêves. Le mien est d’apporter un vrai changement positif en RDC. Nous y parviendrons bientôt », a écrit l’ancien gouverneur du Katanga.

Prix de la fondation Mo Ibrahim 2018, Ellen Johnson Sirleaf s’est vue récompensée ses 12 ans de bonne gouvernance à la tête du Liberia. Un pays qu’elle récupère en 2006 déchirée par des décennies de guerre civile, mais que l’ancienne fonctionnaire de la Banque mondiale a réussi à replacer sur la voie du développement.

Mais si Katumbi voit ainsi dans le prédécesseur de Georges Weah, un modèle, c’est peut-être aussi en raison du retrait du pouvoir, le 22 janvier 2018, de la première femme chef d’État en Afrique, à l’issue de ses deux mandats consécutifs à la tête du Libéria. Un sujet qui intéresse au premier plan l’opposant congolais, engagé dans une course à la montre contre un maintien prolongé des autorités actuellement au pouvoir, en RDC.