Par Roberto Tshahe

Il s’agit de Freud Bauma et Yves Makwambala, deux militants du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha), à nouveau convoqués par la cour suprême de justice ce lundi 05 février 2018. Dans une interview accordée à Cas-info, Georges Kapiamba affirme qu’ils seront assistés par les avocats de l’ACAJ auprès de la cour suprême de justice.

« Ils sont convoqués par la cour suprême de justice pour comparaitre en rapport avec l’ancien dossier d’atteinte à la sureté intérieure pour lequel ont les avait arrêtés en 2015… Expliquait Georges Kapiamba, l’Acaj va organiser pour eux une assistance. Ils vont être assistés par nos avocats auprès de la cour suprême de justice pour les motifs de cet appelle ».

Concernant les mesures de décrispation politique, le coordonnateur de l’ACAJ dénonce le non respect de ces mesures suite à la convocation de Freud Bauma et Yves Makwambala qui étaient amnistiés.

 « Rien n’est fait par rapport aux mesures de la décrispation politique, preuve est que ces genres d’actions, lorsqu’on réveille un ancien dossier qui était enterré par l’application des mesures de décrispation politique, c’est-à-dire que ces autorités sont déterminées à harceler les opposants et les membres de la société civile. Donc il n’y a aucune mesure de décrispation qui est respectée », a-t-il analysé.

Fred Bawuma et Yves Makwambala ont été inculpés en 2015 pour atteinte à la sûreté de l’État. Ils étaient libérés en 2016 suite aux mesures de décrispation politique issues de l’accord de la Saint Sylvestre.