Par Djodjo Vondi

À quatre jours de la tenue de la Conférence humanitaire de Genève sur la RDC, le Comité Laïc de coordination s’invite dans le débat. Dans un communiqué publié le dimanche 08 avril 2018, le CLC demandé aux Nations-Unies d’« ignorer le refus du gouvernement congolais à prendre part à ces assises ».

Pour le CLC, la situation humanitaire en RDC est « grave ». L’association proche de l’Église catholique insiste sur la tenue de cette conférence qui a pour but de lever près 1,7 milliards de dollars pour financer le plan d’action humanitaire 2017-2019 dans le pays.

Cet appel du CLC s’ajoute aux multiples autres exhortations adressées au gouvernement congolais de revoir sa position, en vain. Kinshasa reste ferme et accuse notamment les organisations humanitaires de dramatiser la crise humanitaire qui sévit en RDC en la comparant avec celles du Yémen et de la Syrie.

La semaine dernière, l’ONU avait annoncé avoir déclassé la RDC de L3, le niveau le plus élevé de l’échelle des besoins humanitaires.