Par Tony-Antoine

Dans un communiqué de presse rendu public par la société civile du Nord-Kivu, ce samedi 13 janvier, une ville morte est appelée à être observée lundi 15 janvier. Les organisateurs comptent ainsi protester contre « l’insécurité grandissante dans la ville de Béni et ses environs ». Signé par les responsables de la Coordination urbaine  de la société civile de Béni, on y lit, « il ne se passe aucune nuit sans qu’il y ait cambriolage, vol par effraction et à mains armées, kidnapping, mort d’hommes… »

La semaine du 08 au 14 janvier a été, selon les auteurs du communiqué, la « plus remarquable de cette période macabre ». « Nonobstant les efforts fournis par les services attitrés, les enquêtes n’aboutissent souvent pas aux résultats escomptés qui puissent permettre d’éradiquer ce phénomène et rendre justice à la population », souligne la note.

Le 11 janvier dernier, plus de 12 personnes ont été kidnappées à Kitsanga sur la route Béni-Kasindi, dont le directeur de la radio locale Rtgb, Jadot Kasereka. Se disant dans « une forte anxiété ne sachant pas demain le tour de qui soit pour mourir, kidnappé ou être dépouillé de tous ses biens », cette plateforme de la société civile compte manifester contre « la passivité de services de sécurité face à ce virus insécuritaire qui crée beaucoup de désastres contre la population ».