Par CAS-INFO

Décidément, les responsables de la CENI et la Majorité présidentielle ont toujours des choses à faire ensemble. Après la présence polémique du Vice-président Norbert Basengezi à Kingakati début novembre, c’est autour du président de la Centrale électorale en personne de s’afficher aux côtés du patron de la MP, Aubin Minaku, lors d’une réunion de la plateforme présidentielle sur la loi électorale. En provoquant cette fois-ci quelques grincements de dents.

C’est le site belge La Libre Belgique, alerté par des participants agacés par cette présence impromptue du chef de la CENI qui révèle l’information, photo (ci-dessus), à l’appui.

La réunion, rapportent nos confrères, se tenait jeudi à l’hôtel du fleuve. Tout le monde était présent. Le secrétaire général Aubin Minaku, le ministre de l’intérieur Emmanuel Shadari, des élus de la Majorité. Puis, un invité surprise…Corneille Nangaa.

Une présence très mal vue par des élus MP qui n’ont pas encore oublié la polémique suscitée par Norbert Basengezi à la ferme présidentielle. Pour eux, l’indépendance de la CENI est plus que jamais remise en cause. « Sa présence [de Nangaa] à cette réunion démontre bien qu’il ne roule que pour le président. Il est à la solde de Kabila », a même confié, exarcerbé, l’un d’eux, au journal belge.

Plus que la présence de l’encombrant Corneille Nangaa, c’est le contenu même du projet de la loi électorale qui promet d’agiter le camp présidentiel. En cause, le seuil d’éligibilité qui obligera les membres de la MP se ranger derrière la bannière PPRD ou rien. En clair, de disparaitre ou de faire allégeance au parti présidentiel. Une perspective jugée inacceptable. « Imbuvable ». Ça promet.