Par Tony-Antoine 

«Dans ses règlements, l’Union Africaine opte pour une gouvernance démocratique », elle « ne reconnait pas et ne supporte pas de procédures frauduleuses ». De termes choisis par la Commission de l’Union Africaine(CUA), dans sa déclaration publiée vendredi 19 janvier, pour annoncer son « désengagement de l’Union panafricaine de la jeunesse(UPJ) ». Pour cause, « la manipulation de la procédure électorale » au cours des élections de l’actuel comité exécutif de l’UPJ, tenues au Soudan en décembre 2017.

Le manque de l’atteinte du quorum, seuls 19 pays membres sur 55 ont participé activement à ces élections ; des pétitions sur le manque de prise en compte de procédures régulières durant l’élection, ont joué un rôle central dans ce rebondissement. La CUA, considérant ces éléments, choisit donc de ne pas reconnaitre l’actuel comité exécutif de l’UPJ chapeauté par la congolaise Francine Muyumba.

L’Union africaine travaillera directement et désormais, comme elle precise dans sa déclaration, avec toutes les représentations des jeunes à travers le continent.