Par CAS-INFO

Moïse Katumbi intervient au prestigieux forum de la Fondation Mo Ibrahim organisée cette année à Kigali sur les enjeux économiques du continent africain. Mais comme il fallait le redouter, la politique intérieure congolaise n’est jamais loin.

Interpellé, à l’issue de son intervention ce vendredi, par la presse, sur ce déplacement dans la capitale rwandaise, à vol d’oiseau de la RDC, alors que l’ancien gouverneur du Katanga, contraint à l’exil, fait l’objet des poursuites judiciaires dans plusieurs dossiers, dans son pays. Réponse de Moïse Katumbi :

« Je suis un homme de grande foi. Si j’ai envie de faire quelque chose, j’y vais et Kabila ne peut pas me faire peur », a-t-il déclaré. L’interview est vite interrompue par un vigile, de l’organisation.

Accélérer l’intégration du continent

Bien avant, le candidat d’Ensemble ne s’était pas empêché d’accuser le chef de l’État d’être le seul responsable de l’instabilité du pays. « Le jour où il [Kabila] partira, la RDC trouvera la stabilité », a-t-il espéré.

L’espoir également et de façon plus large, pour la croissance économique sur le continent. Devant la tribune de Mo Ibrahim, Moïse Katumbi s’est posé en médecin de l’économie africaine en exhortant les Africains à « vaincre les peurs et à accélérer l’intégration du continent pour stimuler la croissance et la création d’emplois », a rapporté Olivier Kamitatu, son porte-parole.

C’est la deuxième fois que Moïse Katumbi prend la parole au forum de la Fondation Mo Ibrahim qui rassemble à travers le continent d’éminents intervenant venus du monde politique et économique. En 2015, à Accra, à peine en rupture avec le pouvoir à Kinshasa, il s’y était déjà illustré en plaidant pour le développement de l’économie rurale, « clé de la lutte contre la crise alimentaire », avait-il soutenu.