Par CAS-INFO

Cinq cent vingt-huit millions de dollars (528 millions). Tel est le montant annoncé par les donateurs à l’issue de la conférence de Genève vendredi. Une somme destinée à « soutenir l’acheminement d’une aide humanitaire dont des millions des personnes en RDC ont besoin de manière urgente », a indiqué un communiqué final.

L’Union européenne, les États-Unis, le Royaume uni ou encore le Vatican, l’ensemble de grandes puissances occidentales et instances internaionales ont toutes annoncé avoir mis la main à la poche en termes de plusieurs dizaines de millions de dollars et d’euros. De quoi réjouir les organisateurs.

« La générosité des donateurs permettra aux Nations unies et aux agences humanitaires, travaillant aux côtés du Gouvernement et des institutions congolaises, de sauver davantage de vie, et de protéger plus de femmes, de filles, de garçons, et d’hommes. », s’est ainsi félicité le secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et coordonnateur des secours d’urgence, Mark Lowcock.

« La RDC n’est pas contre la solidarité internationale »

Alors que cette conférence s’est tenue malgré l’opposition du gouvernement congolais, M. Lowcock a tenu à rassuré Kinshasa. « Le gouvernement de la RDC est le chef de file de la repose aux crises. L’ONU soutient le gouvernement [congolais] dans ce rôle clé », a-t-il souligné.

Les autorités congolaises ont de leur côté, baissé de ton. « La RDC n’est pas contre la solidarité internationale mais elle s’oppose à la manière avec laquelle cette conférence a été organisée », a déclaré sur Top Congo, le ministre des affaires étrangères Léonard She Okitundu, qui assure que le gouvernement se tient disponible, mais « sous conditions », à déployer l’aide récoltée.

Selon l’organisation de la conférence de Genève, l’ONU et ses partenaires ont besoin de 1,68 milliards de dollars pour fournir une aide vitale et une assistance en protection à 10, 5 millions de personnes en RDC cette année.