Par Grevisse Tekilazaya 

il est 5 heures à Kinshasa. Tout est encore au point mort. Une forte pluie s’est improvisée. Quelques quartiers viennent d’être coupés d’électricité. Au premier chant du coq, à Bumbu,  une commune de Kinshasa, voisine de la prison Makala, les vendeurs se réservent de sortir. Non loin de là, à Ngiri-ngriri, une autre commune voisine de Bumbu, c’est le même constat.  C’est une ambiance un peu particulière qui règne. Sur les grandes artères aucun taxi bus n’est présent.  L’image est semblable à une journée ville morte.

Très curieusement, jusque là, il n’y a pas encore une présence policière. La marche du Rassemblement est toujours maintenue quand bien même l’interdiction du gouverneur de la ville de Kinshasa.